Ecolo Soignies

Rencontrer les nouveaux besoins en logements … en protégeant le cadre de vie

Depuis quelques années, l’entité de Soignies, à une demi-heure de Bruxelles par le train, subit une pression immobilière de plus en plus grande. Des gens de Bruxelles s’installent de plus en plus loin de la capitale, ce qui inspire des promoteurs qui viennent avec des projets de plus en plus ambitieux dont la ruralité de notre région ne s’accommode pas toujours très bien.

D’autre part, le logement à caractère social fait cruellement défaut. La tendance est grande de construire des ensembles d’habitations sociales, au moindre coût, qui n’offrent que très peu d’espace et des commodités minimales à leurs occupants.

Dans les deux cas, le défi consiste à rencontrer ces types de demande en veillant à une parfaite intégration des projets de construction avec l’habitat existant. Ecolo souscrit à l’option déclarée des autorités de la Ville de vouloir préserver le caractère rural de l’entité de Soignies.

Toutefois, entre les belles déclarations d’intention consignées dans des documents officiels et les décisions effectivement prises sur le terrain il y a une très grande marge. La tentation est grande de se soumettre à la "sacro-sainte" loi du marché et d’accepter n’importe quoi sous le prétexte que cela "stimule la vie économique" et "fait rentrer des centimes additionnels".

Depuis 1993, la Ville est entrée en décentralisation et jouit d’une grande autonomie de décision en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Elle s’est dotée d’un Schéma directeur, c’est à dire d’une carte d’affectation des sols, d’un Règlement Communal d’Urbanisme (R.C.U.) et d’une Commission Communale d’Aménagement du Territoire (C.C.A.T.) regroupant des représentants des différentes associations et catégories professionnelles de l’entité sonégienne.

Si l’autonomie en manière urbanistique est en soi une bonne chose, car elle permet d’accélérer le processus de décision, elle a aussi des effets pervers. En effet, n’étant plus soumise aux directives du Fonctionnaire Délégué de la Région Wallonne, garant du respect des lois en matière d’aménagement du territoire, la Ville aurait tendance à se soumettre un peu trop facilement aux pressions des architectes et du secteur de la construction. Cette "dérive" s’est révélée récemment dans des projets de construction de gros immeubles à appartements à Thieusies et Casteau et dans le projet (PCA 13) de construction de 140 habitations au Chemin du Tour à Soignies.

Face à une telle situation, les mandataires Ecolo, tant au Conseil communal qu’à la CCAT ou au niveau d’instances supérieures de recours, font preuve d’une très grande vigilance. C’est ainsi que les deux projets "mammouth" sur Casteau et Thieusies ont pu être arrêtés.

Dans des dossiers ayant une incidence importante sur le cadre de vie de chacun, il est important non seulement de fournir une information correcte aux personnes concernées mais aussi d’associer le citoyen à la prise de décision. Nous incitons à organiser des enquêtes publiques chaque fois que cela est possible et nous veillons que les réunions de concertation ne se limitent pas à une simple information des gens mais intègrent les suggestions et avis émis.

Animés par un souci de participation du citoyen à l’aménagement de son cadre de vie, nous travaillons en étroite collaboration avec des associations de riverains auxquelles nous avons apporté un soutien logistique, sans tomber dans le travers du "nimby" à courte vue. A notre initiative plusieurs associations de l’entité qui se préoccupent d’aménagement du territoire se sont fédérées et représentent, en tout, quelques 600 personnes.

Veiller à répondre aux besoins en nouveaux logements sans détruire ce qui fait le charme de Soignies et ses villages tout en associant les citoyens à la prise de décision, c’est, selon nous, œuvrer au développement durable de notre entité.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | visites : 24143

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License