Ecolo Soignies

? PCDR… ? PCM… ? et PDS alors ???

Et puis quoi encore ? ppcm, pgcd ?… difficile pour le citoyen d’y croire, d’y comprendre grand-chose et même de s’y intéresser. Et pourtant, pourtant, sache, lecteur, que si tu ne t’intéresses pas à la politique, la politique s’occupe de toi. Alors, peut-être vaut-il mieux savoir de quoi il retourne et même… y fourrer le nez.

Le Plan Communal de Développement Rural a comme objectif, je cite : « … revitaliser, restaurer ou assainir une commune…de manière à améliorer les conditions de vie de ses habitants… » . Le Plan Communal de Mobilité, lui, je cite encore mais c’est moi qui souligne : « est destiné à organiser et améliorer l’accessibilité aux lieux de vie et d’activités, tant pour les personnes que pour les marchandises, dans un souci de développement durable. »

Les conseillers communaux ECOLO de même que les membres de ECOLO – Soignies engagés dans les différentes commissions mettent toute leur énergie pour qu’il sorte de ces plans, largement subventionnés par la Région Wallonne, des décisions qui créeront plus de bien-être pour tous les Sonégiens, de la ville et de la campagne. Il faut que ces plans aboutissent à de profondes améliorations et non à des emplâtres sur une jambe de bois.

Deux exemples, comme ça, parmi d’autres : outre des demandes strictement locales exprimées par les commissions du même nom, le souhait récurrent est de restaurer les sentiers ruraux, de faciliter et sécuriser les déplacements au quotidien par les petits chemins campagnards entre les villages de l’entité et Soignies-Centre. Ce souhait, s’il est émis dans le cadre du PCDR, doit impérativement être lié aux réflexions et décisions qui aboutiront au PCM. C’est du bon sens élémentaire !

Autre point névralgique bien connu de tous : la circulation dans le centre historique aux heures d’entrée et de sortie des écoles. Il y a quelques années de cela, une association qui s’était déjà penchée sur la question avait proposé l’aménagement d’un embarcadère-débarcadère pour les élèves de toutes les écoles fondamentales et secondaires de tous les réseaux qui ont des implantations depuis la chaussée de Braine jusqu’au Boulevard en passant par le centre historique. Le bureau d’étude proposera des solutions à nos embarras de circulation et nous sommes persuadés qu’il pourra émettre des propositions réalistes.

Voilà où doit intervenir le PDS, Plan des Déplacements Scolaires, dernière née des propositions du ministre ECOLO José Daras à laquelle Soignies est invitée à participer comme les autres communes wallonnes dont certaines ont déjà adhéré.

Que le PCM n’aboutisse pas seulement, selon le mot d’un échevin, à « assurer une meilleure fluidité de la circulation (sous-entendez automobile) ». Qu’on ne dise pas, comme cela s’est entendu par le passé, qu’il ne faut rien mettre en place pour les cyclistes au quotidien puisqu’il n’y en a (quasiment) pas. Ce scénario du serpent qui se mord la queue n’est pas digne de notre époque, ne répond pas à l’attente profonde des citoyens. Un peu d’imagination, une pincée d’ambition (pour le bien-être de tous, évidemment), et, ce qui n’existe pas, ou presque, peut être mis en place si on le veut : développer les modes de déplacement doux, à pied ou à vélo, exige que l’usager se sente en sécurité, respecté, que les infrastructures soit adaptées : trottoirs, pistes cyclables, parkings fermés pour vélos, vestiaires… Utopies ? Pas du tout ; ça existe ! Là où s’est exprimée une volonté politique en ce sens.

Mais on mélange tout alors ? Le développement rural avec les déplacements scolaires, la mobilité avec le développement rural ? Et bien ça s’appelle une vision transversale de la politique. Prenons un exemple : est-il imaginable qu’un Plan Communal de Mobilité modifie les déplacements sans que les élèves et les étudiants de tous les réseaux implantés à Soignies soient éduqués, à travers toutes les matières possibles, à un usage de la voie publique respectueux des autres et de l’environnement en général ? D’où l’implication de plusieurs échevins dans chacun des plans précités.

Cela, c’est un des piliers du développement durable. Concept inventé dans le passé par ECOLO et repris à l’unisson par tous les autres qui n’y connaissent pas grand-chose mais trouvent que c’est à la mode et peut « rapporter des voix ».


Accueil du site | Contact | Plan du site | | visites : 7374

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License