Ecolo Soignies

ZACC des Aulnées, suite …

Lors du Conseil Communal de ce 27 juin, le Conseil Communal était appelé à se positionner sur la réalisation de la voirie et la convention de rétrocession avec le promoteur.

Une présentation par l’auteur de projet mais pas de grandes nouveautés. Nous ne reviendrons pas sur notre position prise lors d’un précédent Conseil (ancien article). C’était aussi l’occasion de découvrir les résultats de l’enquête publique : 170 réclamations.

Une liste de réclamations (ou craintes de citoyens) mais pas de liste de réponses. Hors des réponses existent qui pourraient rassurer ou du moins faire comprendre les raisons de certains choix. Il nous paraît important de faire preuve d’un minimum de pédagogie… ou du moins répondre à la législation [1]

-  Certaines réclamations ont déjà des réponses effectives ou prévues : le revêtement de la RN6 ou la position du concasseur des carrières du Hainaut, …
-  D’autres réclamations font déjà l’objet de piste de réflexion ou de justification : la nature privée ou publique des espaces verts, la circulation au niveau du Chemin des Aulnées, les dérogations par rapport au RUE, l’absence de citerne d’eau de pluie au niveau des appartements, …
-  D’autres inquiétudes nécessiteraient par contre des solutions : les poubelles, les nuisances durant les différentes phases de constructions, …

Pour nous, la Commune se doit de lister les différentes craintes et y répondre au mieux en fonction de l’état du dossier.

Lorsque l’auteur du projet nous répond que la gestion en copropriété d’une citerne d’eau n’est pas facile, notre groupe se demande comment la copropriété va gérer des espaces publiques où une dégradation viendra potentiellement de l’extérieur. Nous restons convaincus que l’espace publique doit être géré par le Commune.

Lorsque l’auteur du projet parle « éco-quartier », Ecolo souhaite envoyer le promoteur en visite dans des sites existants ou du moins lui faire lire la littérature à ce sujet… rien que la voirie principale rend cette terminologie caduque.

Le réclamant 88 parle du « royaume de Bhoutan », certainement avec ironie. Nous restons persuadés que ce quartier pourrait devenir un royaume du bonheur mais que cela nécessite d’autres aménagements.

Le réclamant 133 signale que ce projet qui sera finalisé en 2037 manque cruellement d’un esprit novateur. Sur ce sujet, Ecolo le rejoint pleinement.

[1] L’enquête constitue un moyen, pour l’autorité, de s’enquérir des vœux des personnes qui se sentent concernées par le projet, à quelque titre que ce soit ; elle éclaire la décision de l’autorité publique mais ne la contraint pas. L’autorité publique n’est en effet pas obligée de satisfaire aux demandes des réclamants ; mais elle doit, si elle ne rencontre pas certains avis, expliquer pourquoi elle s’en écarte dans la motivation de la décision par laquelle elle adopte définitivement le plan. http://www.iew.be/IMG/pdf/L49_annexe-1.pdf


Accueil du site | Contact | Plan du site | | visites : 7374

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License