Ecolo Soignies

La collecte des encombrants

La suppression de la collecte à domicile est à l’ordre du jour en 2008. Réduite à une seule par an depuis quelques années, elle disparaît. Ecolo demande que des alternatives voient le jour.

Savez-vous que plus de 200.000 tonnes d’encombrants sont collectées annuellement en Wallonie et à Bruxelles. Un quart en porte-à-porte et le reste dans des parcs à conteneurs. 10 à 15% de ces encombrants sont réutilisables et peuvent créer des valeurs ajoutées. Quid à Soignies ?

Le contexte législatif concernant les déchets et la mise en CET (Centre d’Enfouissement Technique) est dorénavant fortement restrictif ce qui est pour un mieux écologique. Le broyage des encombrants avant mise en CET est obligatoire depuis 2008 et l’interdiction totale de la mise en décharge des encombrants est prévue pour 2010. La Région Wallonne oblige le coût vérité dans le traitement des déchets. Dans ces conditions, le coût des encombrants va augmenter et l’IDEA a demandé à chaque commune de se positionner sur la continuité du ramassage des encombrants à domicile.

Il faut reconnaître que la collecte à domicile n’est pas optimale : mauvaise compréhension de la notion d’encombrants, dépassement des quantités permises, déchets non ramassés qui traînent sur la voie publique durant plusieurs jours, …

Le ramassage avait surtout le mérite d’être ouvert à tous et de permettre aux personnes âgées de ne pas dépendre de leur entourage. Un charroi nocturne, certes peu officiel, permettait une réutilisation d’une fraction des déchets d’autrui. Ce ramassage évitant sans nulle doute des décharges sauvages et l’entassement de ces encombrants (réutilisables ou pas) dans les greniers ou les jardins.

Abandonner les collectes en porte-à-porte est un choix raisonnable mais pas à n’importe quel prix. Sa disparition aura sans nul doute des répercussions sur la saturation déjà existante du parc à conteneurs. Un deuxième parc est en pourparler.

La suppression risque de pénaliser les citoyens, particulièrement les personnes en situation précaire. Sans compter le charroi que cela génèrera et les impacts en terme de rejet de CO2. Pour les déchets aussi les transports en commun sont à privilégier. Par ailleurs, les encombrants peuvent être une source de valeur. La logique voudrait que ces objets puissent servir à nouveau, soit pour d’autres personnes soit pour d’autres usages, avant un recyclage de la matière qui les composent.

Pour le groupe Ecolo, il faut donc réfléchir aux solutions à apporter. Nous souhaitons donc lancer la réflexion afin, qu’ensemble, nous puissions trouver des réponses qui soient financièrement tenables pour la commune et qui évitent la suppression pure et dure de ce service public.

Pour Ecolo, la première piste à explorer pour maintenir le service est, bien évidemment, l’économie sociale qui, par définition, répond à l’esprit de ce service à la population : « le développement des activités économiques productrices de biens ou de services, exercées par des sociétés, principalement des coopératives, des associations, des mutuelles ou des fondations et dont la finalité est l’intérêt de la collectivité et le renforcement de la cohésion sociale ».

Outre l’intérêt financier (les subsides, diminueraient les coûts), cela permettrait également de soutenir l’intérêt de la collectivité par le maintien partiel du service et de renforcer la cohésion sociale par la mise à l’emploi de personnes en situation précaire.

Différentes formules existent déjà en Wallonie. A Eupen ou à Namur, on a confié ce service à des initiatives d’économie sociale indépendantes.. D’autres villes privilégient le ramassage sélectif des objets réutilisables ou recyclables.

Soignies se doit de réfléchir à un système de collecte sur demande et à une revalorisation des encombrants de notre ville.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | visites : 7808

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License