Ecolo Soignies

Soignies sous haute surveillance.

Dans une certaine indifférence ou méconnaissance, la décision d’installer des caméras de surveillance a été prise au Conseil Communal. Des partis avaient annoncé la couleur sans en donner l’intensité. Des débats ou plutôt de nombreux monologues ont eu lieu mais sans vraiment aborder les problèmes de fond comme si, dans ce domaine, on est pour ou on est contre. Le discours sur la protection de la vie privée revenant inlassablement au devant de la scène… Pourtant, sur la vidéosurveillance on pourrait dire bien des choses. En variant le ton…

Ecolo l’a dit en variant les arguments, mais ses dires se sont heurtés à une fin de non recevoir… Lors de la prise de décision, nous avons voté contre… Non pas qu’Ecolo soit contre la vidéosurveillance, mais celle-ci doit être adéquate, pertinente et proportionnelle aux objectifs poursuivis. Combattre les problèmes d’incivilité et de petite délinquance par des caméras est une mauvaise approche. Plus de pédagogie et de conscientisation peuvent venir à bout durablement des incivilités. Le problème de la petite délinquance est complexe et n’a jamais été résolu par des caméras : il a tout simplement été déplacé. Il serait temps que notre société reprenne son rôle de protection, de guide envers la jeunesse, envers nos enfants qui tentent de vivre dans un monde que nous façonnons pour eux. Ecoutons-les et construisons ensemble un monde meilleur.

Ecolo regrette non seulement le coût financier (225.000 € d’installation et deux employés devant les écrans dans cette première phase) mais aussi le coût sociétal d’une telle mesure. Deux policiers formés aux problèmes des incivilités urbaines auraient pu constituer une meilleure solution. Les caméras repéreront peut être les tagueurs. Mais seront-elles orientées de façon à prendre sur le fait les habitués du stationnement illicite ? Quel est le projet de société que nous mettons en place ? Où nous arrêterons-nous ? Ne pouvons nous plus vivre ensemble sans être en garde à vue perpétuelle ?

12 dômes (caméras pivotantes) et 7 caméras fixes, le centre ville sera sous haute surveillance. Ne virons pas dans la paranoïa.

La sécurité des personnes et des biens est une condition essentielle de la vie en société mais cette sécurité ou ce sentiment de sécurité ne doit pas aller à l’encontre d’autres droits fondamentaux comme le respect de la vie privée…

"La protection de la vie privée est garantie", disent les autorités. En est-on si sûr ? Brandir la présence de ce regard omniprésent et …omnipotent comme la solution à un bon nombre de problèmes urbains présents et à venir n’est pas une solution d’avenir !

Ecolo exigera une évaluation de cette mesure. Mais en attendant, souriez, vous êtes filmés !


Accueil du site | Contact | Plan du site | | visites : 11392

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License