Ecolo Soignies

Le développement en milieu rural

Tous les partis veulent promouvoir un développement harmonieux de nos villages et garantir la qualité de vie pour ses habitants. Mais que de changements dans nos villages ! Nos campagnes n’ont plus rien à voir avec les tableaux champêtres d’il y a 50 ans. La vie rurale a été modifiée. Le village est sorti de ses limites historiques par la présence de nombreuses villas le long des routes. Certains bâtis agricoles ont été transformés en habitations. Le village s’est vidé de services de proximité et d’autres services ont vu le jour (Home, Centre Fabiola, …). Les commerces disparaissent pour des raisons de rentabilité ou de respect de normes de sécurité alimentaire. Certains villages se valorisent «  : « village fleuri », « village de la musique », … De nouvelles exploitations agricoles plus modernes voient le jour. De nombreux sentiers et chemins ont été supprimés, d’autres ont été bétonnés, peu ont été valorisés pour d’autres usages.

Pour vivre à la campagne, il faut être mobile. L’augmentation des voitures individuelles, le prix des terrains élevé et l’attrait du cadre de vie attirent les nouveaux résidents bien loin de leur lieu de travail. De nouveaux besoins apparaissent : entretien de voirie, crèches, écoles, lieux de rencontres et équipement sportifs, … de nouvelles fêtes de villages reposant plus sur la convivialité que sur l’identité locale traditionnelle apparaissent. L’analyse de notre PCDR révèle ces demandes. Ruralité et urbanité se rapprochent-elles ?

L’étalement urbain et le modèle de la maison individuelle ont été largement soutenus par le politique. Il lui évitait des conflits de voisinages et attirait des propriétaires à haut revenu. Cette évolution a mené à la dégradation du paysage, à l’utilisation massive de la voiture et à la fragilisation de la vie sociale du village. Qualité de vie et développement harmonieux ?

Faut-il pour autant revenir à la campagne d’antan ? Ce serait absurde et on ne pourrait plus. Mais la question de l’urbanisation (recentrer autour des noyaux urbains) et l’utilisation parcimonieuse de sol sont des enjeux majeurs pour éviter une périurbanisation de nos villages et le bouleversement de la dimension de communauté si souvent fragilisée.

Les collectivités locales, et donc les communes, sont invitées à mettre en œuvre le principe du développement durable à l’échelle locale. Ne pourrions-nous pas dès lors envisager les villages durables ? Quelques pistes dans ce sens :

- localisation judicieuse des nouveaux logements par rapport aux transports en commun,

- mixité sociale et intergénérationnelle,

- économie de l’espace bâti,

- création d’espaces de convivialité à l’extérieur (place, bancs, plaine de jeux) et à l’intérieur (salle de village accessible à tous),

- orientation et architecture des constructions pour augmenter l’efficacité énergétique,

- développement individuel mais aussi communautaire (écoles, salles communales) d’énergies renouvelables,

- promotion de la mobilité alternative,

- mise en place de la filière courte par un rapprochement avec les agriculteurs locaux,

- protection du patrimoine, de ses rivières, de sa faune et de sa flore par une conscientisation et un attachement communautaire,

- promotion d’une participation citoyenne, moteur d’initiative et garante de la dynamique du village.

- …

« Mais le village durable ne se décrète pas ; il s’invente, il se dessine ! »

 [1]]]

[1] [[ Bibliographie et plus d’info dans :

« Villages Durables :Comprendre les enjeux de la ruralité pour re(créer) des villages durables.

Laurence Lambert Etopia


Accueil du site | Contact | Plan du site | | visites : 11540

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License